Accès rapide :

COP 21 : rendez-vous à minuit !

Lucie Husser - Secrétariat général de la COP 21, Paris - 11 décembre 2015

Partager

Partager

Chronique d’une COP qui se passe aussi la nuit..

"Le trac le plus positif qui soit"

Lundi 7 décembre, Le Bourget.

Le Comité de Paris, une instance ouverte à tous pour mener des consultations informelles et présidée par Laurent Fabius, tient sa première réunion ce soir en salle plénière Loire, l’occasion de " revoir un temps nos certitudes géographiques " comme le suggérait ce midi dans un sourire la secrétaire exécutive onusienne Christiana Figueres).

A 19h, la méthode de travail proposée prend tout son sens quand on voit la salle se remplir jusqu’à son comble : cela change des "statements" ( déclarations ) formels de la journée en plénière Seine !

Salle bondée, donc, et débats jusque 20h30. Tous les groupes de négociation saluent la présidence française pour un climat de négociation "calme et inclusif et transparent" (comme "jamais auparavant" au dire de certains) et plusieurs appellent aussi à accélérer : "nous sommes prêts " dit le Venezuela, sur le fait de discuter dès demain au niveau des ministres (comprendre : au-delà des groupes de travail et négociateurs, pour aller rapidement vers une rédaction à partir du projet de texte de du samedi 5 décembre )

Ces appels à "aller plus vite encore" se multiplient : certains sincères, d’autres probablement pour complexifier un peu plus un débat déjà très (trop ?) complexe...?

"Nous sommes anxieux (d’aboutir à un accord) mais c’est le trac le plus positif qui soit " - toujours le Venezuela. Laurent Fabius proposera demain 8 décembre au matin un ajustement de la méthode. De nouveaux groupes de travail vont aussi commencer.

Et les délégués de se ruer sur le cassoulet "Place des Vosges"... avant de repartir vers leurs crochets et facilitateurs et réunions "indaba"... ( Indaba : terme zoulou communément utilisé en Afrique du Sud, et appartenant au jargon des négociations depuis la conférence climat de Durban en 2011, pour décrire des réunions entre chefs de communautés pour apprendre à se connaître et à avancer. )

"Vous méritez le prix Nobel, M. Le président !"

Mercredi 9 décembre, Le Bourget toujours.


Les échanges sur le projet d’accord continuent, et se sont encore prolongés tard dans la nuit.
Sortie de plénière Seine (le Comité de Paris s’est réconcilié avec la géographie !) à 23h30, tout le monde se rue sur les échoppes "à emporter", le self est fermé depuis longtemps. Ce soir, c’est pizza... avant de repartir pour la nuit  : "Rendez vous à minuit" vient de conclure Laurent Fabius après 3h15 de séance.

Les réactions sur le projet de texte de compromis remis en début d’après-midi ont été nombreuses.

"[Bonne][acceptable] base de travail, présidence exceptionnelle, bold leadership, transparence..." Mais (car il y a presque toujours un mais) : [plus] [pas assez] d’ambition, [forêts], différenciation, financement, responsabilité, garanties et assurances, compromis, lignes rouges, crochets et options [pas][jamais][acceptables ][possibles] [nécessaires]...". Les interventions se succèdent, les groupes puis les états individuellement, pas loin de 50 interventions !

"Ne rouvrons pas les points de consensus" a suggéré le président en ouverture de séance. "Le temps presse, concentrons-nous sur les points politiques essentiels". Face à la liste toujours plus longue de prises de parole, l’heure tourne et un petit doute s’installe momentanément sur la bonne volonté (pourtant affichée) de tous...

"Vous méritez le prix Nobel monsieur le président " s’exclame le représentant du Timor, ramenant le sourire dans la salle et le rouge aux joues du principal intéressé.
"Let’s get to work" s’est impatientée vers 23h la Norvège tout en rappelant que la remise du prix Nobel, c’est bien demain....
On mesurera au petit matin, aux cernes de chacun, l’avancée des négociations et des consultations de la nuit. "La présidence assurera une permanence toute la nuit".
Un nouveau texte ("l’avant dernier", a rappelé Laurent Fabius) sera proposé demain jeudi en début d’après-midi !

"Il est temps de conclure "

Vendredi 11 décembre, Le Bourget.

3h22 : un accord sur l’article tant discuté serait trouvé ! Texte en préparation, séance suspendue quelques minutes... Les groupes de travail techniques continuent, car il s’agit de trouver un consensus, des convergences sur un texte final.

L "indaba des solutions" bat son plein entre déclarations enflammées, débats techniques, crises de (mauvaise ?) foi... et contributions concrètes et précises. Faut-il mentionner les droits de l’Homme ? La coopération Sud/Sud ? Comment évoquer le marché et le prix du carbone ? Quel niveau d’ambition ? Les INDC doivent-ils encore s’appeler INDC ?

Plus de crochets, mais des inserts, corrections, formulations.
Des possibilités deviennent obligations, des obligations deviennent possibilités, et les propositions de texte affluent au secrétariat.

Innovation dans la méthode car "il est temps de conclure", expliquait Laurent Fabius en début de soirée lors du 5 ème comité de Paris : un nouveau texte de compromis a été distribué, 2 heures ont été laissées pour se l’approprier avant d’engager les discussions.

Ce soir - cette nuit ! - le format indaba se double de groupes de travail parallèles sur les points bloquants, facilitateurs et délégués étant tenus de proposer des solutions en 45minutes à 1h. Indaba des solutions pour un accord au petit matin ?

De premiers résultats se dessinent, et à la présidence les permanences pour la suite de la nuit et la matinée se répartissent... La course contre la montre continue. "Notre ambition est la clef de notre survie" a rappelé la Barbade.

4h11 : la séance reprend. "Mon intervention portera sur les financements..." commence l’Angola.

5h40 : la séance est levée, à l’issue des rapports des différents groupes de travail. Pas encore de consensus, mais des "progrès", des propositions et orientations transmises à la présidence. Après cette longue nuit, quelques heures de repos. Les consultations continueront dans la journée.

12h : On est au cœur des négociations et le rythme s’accélère.. Le Président de la COP et le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki Moon font le point sur les négociations.. « Nous sommes presque au bout du chemin, et je suis optimiste », commence Laurent Fabius. “Je serai en mesure de présenter demain matin un texte à 9h”. D’ici là, les rencontres vont se poursuivre...

En savoir plus

Pour en savoir plus sur la suite des néogciations :

Partager

Partager

1606 vues


Publier un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message


MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2017