Accès rapide :

De la gestion au politique. Et vice versa.

Erik Colombeau - Vienne, Autriche - 18 mars 2014

Partager

Partager

Toutes les versions de cet article : [English] [Español] [français]

« Il nous semble que vous avez fait le tour des métiers de gestion. Ce serait pas mal pour vous que vous passiez sur du politique maintenant ». Ce coup de fil de la DRH m’avait laissé songeur.

Débuts en ambassades

Entré au ministère comme agent de catégorie B, j’avais été promu catégorie A après deux expériences de chef de Service administratif et financier (SAF). A Tokyo tout d’abord, puis à Ottawa ensuite. C’était dans les années 2000, autant dire la grande époque. Celle de la réflexion puis de la mise en place au sein des postes de pôles de gestion centralisés chargés des affaires administratives et financières, des ressources humaines et des questions immobilières. C’était également l’époque du grand transfuge sémantique, un acronyme en chassant un autre au fil des années :
De SAF à SAFU, quand on a accolé à la fin de SAF un U pour le qualifier « d’unifié » (ou « d’unique » - j’avoue que je n’ai jamais su quelle dénomination était vraiment la bonne…) ;
Puis de la disparition du « AFU » pour le remplacer par « CG » et obtenir ainsi la forme la plus aboutie, à ce jour, de sa dénomination (qui est devenue « SCG » pour Service Commun de Gestion), en attendant que « Secrétariat Général » fasse son chemin.

Retour à la Centrale

J’avais participé à ces changements durant toutes ces années, j’en avais préparé des budgets, payé des factures, j’en avais fait des entretiens de recrutement, écrit des « notes verbales » pour les autorités locales, visité des bâtiments en vue de relocaliser des bureaux… En un mot, j’étais parti trentenaire, je revenais presque quadra, et au moment de retrouver le ministère à Paris (qu’on appelle en interne « la Centrale »), un peu à la manière d’un navigateur retrouvant la terre ferme, j’avais tout logiquement demandé des postes à la direction des Affaires financières et à la direction des Ressources humaines où j’imaginais pouvoir apporter une plus-value aussi humble qu’éventuelle.

Profitant de mon silence songeur donc, la DRH avait poursuivi au téléphone : « Il y a un poste de rédacteur à la direction géographique sur lequel on pense vous affecter. Rédacteur Bosnie-Herzégovine. Nous avons confiance en votre polyvalence. »

Je débarque donc à la direction d’Europe continentale (EUC), à la sous-direction (devenue aujourd’hui mission) de l’Europe balkanique, et je m’assieds sur le siège de « rédacteur Bosnie-Herzégovine et Coopération régionale ». Sans transition, je passe à un tout autre monde. L’environnement d’abord : ces longs couloirs du Quai d’Orsay, ce parquet du premier étage qui craque malgré les pas feutrés sur le tapis rouge élimé (changé depuis), une certaine forme de standing vestimentaire, une certaine manière d’être qui ne semble pas laisser de place à la plus minime des décontractions, du moins en apparence (je m’en apercevrai ultérieurement). La matière ensuite : « Il y a un COWEB la semaine prochaine, il faut voir avec notre RP, la DUE RELEX et ASD pour le projet de conclusions ». (Note à moi-même : il faut que je refasse tout mon dico d’acronymes). « Qui est le Président en exercice en ce moment en Bosnie ? Il est Bosno-croate ou Bosno-serbe ou Bosniaque ? » ( Re-note à moi-même : j’ai plutôt intérêt à potasser tous les partis et les personnalités bosniennes, si je veux savoir de quoi l’on (me) cause.). « Il y a un PIC à Sarajevo. Ce serait bien que vous accompagniez le Directeur et que vous prépariez son dossier. » (In petto : prévoir une valise de secours dans mon bureau en cas de départ express) –. « Une note de commande vient de tomber, un entretien du ministre avec son homologue allemand et il y a un point Bosnie. J’oubliais : c’est pour tout de suite. » (Mémo : revoir ma perception du temps, tout de suite voulant dire hier).

De nouveaux amis

Je ne cache pas que les six premiers mois ont été infernaux. Ma vie d’avant me paraissait loin. Ma petite LOLF, mes ETP fondants, mes comptes PCE exponentiels, mes axes Prisme à 360°, mon Comité Hygiène et Sécurité propret, me manquaient terriblement. Ils étaient du style « concrets » comme amis. Oui, mes nouveaux amis étaient devenus pour la plupart « immatériels ». Et puis le temps et l’expérience ont fait leur travail. Je m’y suis progressivement fait. J’ai même fini par y prendre plaisir parfois. Les missions régulières à Sarajevo m’ont laissé d’impérissables souvenirs, la rencontre de nouveaux collègues m’a permis de nouer des amitiés durables (je pèse bien les deux termes). Et rien que le fait de pouvoir citer, comme ça, à brûle-pourpoint, le nom du ministre bosnien de la Sécurité de l’époque me valait alors une admiration non feinte lors des dîners mondains (i.e. à table le soir avec mes enfants).

J’avais surtout pris conscience qu’il y avait au sein du ministère deux grands mondes, la gestion et le politique, qui se côtoyaient chaque jour mais sans nécessairement bien se connaître (trois mondes en fait, si l’on ajoute le consulaire). J’avais surtout pris conscience qu’aucun de ces mondes ne pouvait (bien) évoluer sans l’aide de l’autre.

J’ai aujourd’hui retrouvé mes amis « concrets » à Vienne. Comme tout le monde (moi le premier), certains ont changé. Le SCG porte à merveille son qualificatif de « commun » ici. On était bien contents de se retrouver et je me suis excusé auprès d’eux en citant Barbara « Oui je vous fus infidèle, mais je revenais quand même, ma plus belle histoire d’amour, c’est vous » (c’est imparable).

Le comble maintenant, c’est que ce sont mes amis « immatériels » qui me manquent… On dit souvent qu’à force de changer de pays tous les trois ou quatre ans, on ne se sent chez soi nulle part. Ou qu’on se sent chez soi partout, c’est selon. Quand en même temps on change aussi de métier, c’est doublement vrai.

Partager

Partager

3960 vues


Mot-clé :

Publier un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message


MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2017