Accès rapide :

Elections françaises du 25 mai en Belgique : petit précis d’organisation consulaire

Sylvain Berger - Bruxelles, Belgique - 7 mai 2014

Partager

Partager

Toutes les versions de cet article : [English] [Español] [français]

Quand on supervise un consulat de la taille de celui de Bruxelles, il y a des évènements qui marquent. L’organisation d’une élection en est un.

Les élections : une mission-clé du consulat général

En 2012, moins d’un an après avoir pris mes fonctions, un premier défi s’imposait à l’équipe que je découvrais : permettre à plus de 66 000 Français de Belgique de voter dans les meilleures conditions possibles et à 4 reprises entre avril et juin 2012 : élection présidentielle et première élection d’un député de l’étranger.

Le standard téléphonique avait déjà sauté plusieurs fois devant l’afflux d’appels, 20 000 électeurs français de Bruxelles s’étaient déplacés le 6 mai au palais d’exposition du Heysel, et comme les derniers membres de l’équipe, j’étais ce jour-là parti dormir quelques heures, à 7h du matin, avant de passer le reste de la journée à répondre aux appels des journalistes…

Nous pensions avoir fait le plus difficile en 2012, mais, avec ces élections européennes et consulaires du 25 mai 2014, nous préparons un nouveau défi, dans un contexte budgétaire plus restreint, avec une communauté française en Belgique qui continue d’augmenter.

JPEG - 17.8 ko
52 bureaux répartis sur 10 villes : l’équipe du consulat s’organise.

Un grand nombre d’électeurs attendus pour ce double scrutin

Nous approchons des 118 000 Français inscrits au consulat général de Bruxelles, compétent pour toute la Belgique. 81 000 seront appelés à voter le 25 mai 2014.

Il nous faut donc ouvrir 52 bureaux (26 pour chaque élection) répartis sur 10 villes (et 11 sites). Autre défi : les autorités belges organisent leurs propres élections le même jour : européennes, fédérales et régionales.

La tâche se révèle donc plus compliquée pour nous cette année qu’en 2012 : cette année-là, des locaux et matériels avaient été gratuitement mis à notre disposition par les villes des provinces. Ce n’est plus possible cette année, il nous faut en louer, aux universités ou à des opérateurs privés. J’ai visité plusieurs implantations possibles avant de sélectionner les meilleurs sites, qui accueilleront nos bureaux de vote.

Anticipation

Pour calibrer les bureaux de vote, le consulat se fixe sur le taux de participation aux élections AFE (Assemblée des Français de l’étranger) et européennes antérieures, mais il reste des incertitudes selon l’intérêt qui sera porté par les électeurs à la campagne et à ces scrutins, la météo, l’impact des élections belges le même jour, la possibilité pour les Français de voter dans leur commune belge pour les Européennes, etc.

Sous-estimer le nombre de bureaux, serait prendre le risque d’un mécontentement lié à des files d’attente importantes (cela avait été le cas pour le référendum de 2005), ce qu’on a heureusement réussi à éviter en 2012.

Mobilisation

Une équipe très restreinte du consulat est chargée depuis plusieurs mois de l’organisation des élections ; elle s’étoffe au fur et à mesure, en prélevant des agents de nos autres secteurs d’activité. Le nombre de courriers, appels et courriels augmente vite. Le rythme est devenu très intense depuis mars et ne fait que s’accentuer semaine après semaine ; les cernes se creusent à tous les étages…Nous savons déjà que durant la dernière semaine, les soirées au consulat seront longues…

Pour le jour J, nous devrons mobiliser plusieurs personnes par bureau de vote : un président, un secrétaire et des assesseurs. Cela représente plusieurs centaines de volontaires en Belgique. Tous les agents consulaires seront sur le terrain, mais vu leur nombre limité, nous allons mettre à profit nos relations avec les associations françaises pour constituer les bureaux, avec un vivier d’assesseurs

Orchestration

C’est un moment particulier dans la vie d’un chef de poste de mobiliser toute son équipe à la bonne réussite d’un scrutin. J’ai la chance d’être bien secondé, entouré d’agents volontaires, compétents, motivés, qui ont conscience de l’importance de ces échéances. Ils portent les élections et sont portés par elles tout à la fois. Ils acceptent naturellement de donner la priorité à cet évènement et, pour ne pas sacrifier le reste de leurs missions, s’impliquent au-delà de leurs attributions habituelles. Mon rôle consiste à articuler leurs énergies et expertises, tel un chef d’orchestre, tout en assurant les relations publiques (contacts avec les autorités belges, élus français, journalistes, etc.)

JPEG - 8.7 ko
Ad hoc meeting

Des travaux très pratiques

Préparer des élections suppose un travail très méthodique et précis ; nous nous appuyons sur un calendrier, pour éviter de rater la moindre des échéances qui se succèdent et sont à respecter impérativement, pour des raisons juridiques ou logistiques.

Nous tenons des réunions régulières sur les sujets importants : sites de vote, liste électorale, constitution des bureaux, communication, logistique de transport (paiement des acomptes, calendrier de livraison des isoloirs et panneaux d’affichage loués en France). Nous étudions les plans d’implantation des bureaux de vote et isoloirs qu’un installateur mettra en place sur le grand site central (que nous louons à Bruxelles, le lycée ne pouvant suffire) et nous discutons tous les devis, pour réduire les coûts au minimum. Bientôt, nous devrons répartir les bulletins de vote en partance pour chaque ville de province, reporter les votes électroniques sur les listes électorales, etc. Nous devons aller dans les moindres détails : prévoir de l’eau et du ravitaillement pour les assesseurs, préparer la signalétique à destination du public, former les présidents et secrétaires des bureaux de vote, prévoir l’acheminement des urnes, codes électoraux, bulletins de vote et listes électorales dans 10 villes différentes, etc…

Repartis pour un tour !

Je garde un excellent souvenir des élections de 2012, qui ont été un premier moment fort de ma mission à Bruxelles ; je ne doute pas que ces nouvelles élections en constitueront le second. J’espère que la participation sera au rendez-vous cette année, au regard de l’enjeu démocratique et civique que ces élections représentent (a fortiori à Bruxelles, cœur de l’UE).

Partager

Partager

2509 vues


Mots-clés :

Publier un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message


MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016