Accès rapide :

Mobiliser la Suède pour la RCA

Jean-Pierre Lacroix - Stockholm, Suède - 28 mars 2014

Partager

Partager

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Pour sensibiliser la Suède à la situation en République centrafricaine, l’ambassade de France a organisé le déplacement en Suède d’une réalisatrice, Yasmina Farber, et d’un journaliste et bloggeur centrafricain, Johnny Bissakonou.

"La Centrafrique n’est pas une région d’Afrique, mais un pays, actuellement confronté à une situation dramatique." C’est souvent par ces mots que Johnny Bissakonou, journaliste centrafricain aujourd’hui réfugié en France, a commencé ses échanges avec les interlocuteurs suédois qu’il a rencontrés lors de son déplacement à Stockholm et Uppsala du 11 au 14 février 2014.

La République centrafricaine (RCA) n’est pas un pays très connu en Suède. Les Suédois n’ont pas d’ambassade à Bangui. La diaspora centrafricaine est presque inexistante ici. Peu de journalistes suédois sont correspondants en Afrique, où ils couvrent davantage la région des Grands Lacs et la corne de l’Afrique.

Donner un visage à la Centrafrique

Tout travail de sensibilisation sur la gravité de la situation en RCA doit donc commencer par un travail d’information sur la réalité de ce pays et l’ampleur des défis auxquels il fait face. Une meilleure connaissance de ce pays est un préalable pour obtenir des Suédois un soutien actif à nos efforts en vue de rétablir la sécurité en Centrafrique.

J’ai pris l’habitude, à chaque fois que je rencontre des décideurs suédois, de sortir une carte de ma poche. C’est un bon moyen de montrer une réalité qui reste très abstraite et théorique pour beaucoup de mes interlocuteurs. C’est devenu une sorte de routine lors de mes entretiens. Au point que si je ne leur en montre pas, ils me la réclament, amusés.

Il m’a semblé aussi essentiel d’inviter en Suède un Centrafricain, qui pourrait donner un visage, une voix, une lueur d’espoir aux messages que je transmets lors de mes démarches officielles.

La Suède : une longue tradition d’engagement

Je suis d’autant plus convaincu de l’importance d’organiser une telle rencontre que les Suédois ont une longue tradition d’engagement au profit des Nations unies et des principales ONG. Ils ont également participé à de nombreuses opérations de maintien de la paix des Nations unies, ainsi qu’à toutes les missions européennes. Un engagement substantiel, en faveur de la sécurité et pour la protection des droits de l’homme. Même si la RCA n’est pas la priorité du gouvernement suédois, je sais qu’ils réfléchissent à une possible contribution en soutien des efforts de la communauté internationale.

C’est ainsi que l’ambassade a organisé le déplacement en Suède d’une réalisatrice, Yasmina Farber, et d’un journaliste et bloggeur centrafricain, Johnny Bissakonou. « Les enfants du Seigneur », un film bouleversant de Yasmina Farber, sur la situation des enfants soldats en RCA, a constitué le point de départ de nos discussions avec les Suédois. Des échanges d’une grande richesse, directs, avec des parlementaires, des diplomates, des journalistes, des responsables d’associations mais aussi des étudiants et des lycéens.

En « vrai » et sans même avoir besoin de recourir à un bout de papier retraçant les frontières de la RCA.

Partager

Partager

27168 vues


Mots-clés :

Publier un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message


MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2017