Accès rapide :

Plus vite qu’un cheval au galop !

Jean-François Fitou - Pyongyang, Corée du Nord - 15 juillet 2016

Partager

Partager

Toutes les versions de cet article : [English] [Español] [français]

Chacun sait qu’au Mont Saint-Michel, la marée monte plus vite qu’un cheval au galop. La Corée du Nord s’était dotée d’un cheval plus rapide encore : Chollima. Aujourd’hui, elle fait dix fois mieux avec Mallima.

Chollima est une sorte de Pégase légendaire qui a servi d’emblème à la reconstruction du pays après la Guerre de Corée. Il s’agissait de mettre les bouchées doubles pour doter la RPDC d’une infrastructure industrielle adéquate et rebâtir les grandes cités – Pyongyang en premier lieu. On donna le nom de Chollima, « le cheval qui parcourt 1 000 ri » chaque jour, à cette campagne lors de laquelle, bien entendu, les objectifs fixés furent dépassés et les délais accordés se révélèrent inutiles, car bien trop généreux. Une expression populaire est née de cette ardeur à construire en toute hâte : « la vitesse à la coréenne », ou « vitesse de Pyongyang » (c’est dans la capitale que se concentraient la plupart des chantiers urbanistiques). Quant au ri, c’est l’unité de mesure des distances utilisée en Corée du Nord (1 ri = 390 mètres).

Cette campagne des temps héroïques (et héroïsés) a laissé les Nord-coréens emplis de fierté envers eux-mêmes et les prouesses réalisées alors. Chollima est aujourd’hui une statue au centre de Pyongyang. On a aussi donné son nom à des réalisations exemplaires qui illustrent l’ardeur des Nord-coréens lorsqu’il s‘agit de produire vite et bien. Tracteurs ou autobus portent fièrement le nom du cheval de légende.

Ce n’est pas un secret : depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong-un, beaucoup d’efforts sont faits pour raviver les souvenirs de l’époque de Kim Il-sung, qui suscite une certaine nostalgie patriotique. Rien d’étonnant, dans ces conditions, à ce que l’on décide de nouvelles campagnes de mobilisation afin de produire et construire plus, plus vite et mieux.

Cette année la « Bataille de 7O jours » s’est achevée en mai. Dès le premier juin, a démarré la « Bataille de 200 jours » qui prendra fin le 19 décembre, jour anniversaire du décès de Kim Jong-il. Le plus grand chantier de ces combats collectifs s’érige en ce moment même à Pyongyang : c’est la construction de la rue Ryomyong dont les futurs gratte-ciels abriteront professeurs et chercheurs, surtout ceux de l’Université Kim Il-sung toute proche, qui fêtera le 70e anniversaire de sa fondation.

Mais à une époque où tout s’accélère et s’exagère, Chollima ne suffit plus à donner le mot d’ordre de la mobilisation. La nouvelle vitesse à la coréenne s’appelle Mallima, « le cheval qui parcourt 10 000 ri ». Mallima augure donc d’une progression dix fois plus rapide que la merveilleuse créature du passé qui, par comparaison, ressemble désormais à une sympathique et paisible Rossinante.

Partager

Partager

724 vues


Publier un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message


MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2017