Accès rapide :

Un petit rouage français dans l’immense machine diplomatique américaine

Benoît Cormier - Département d’Etat américain, Washington, Etats-Unis - 10 février 2014

Partager

Partager

Toutes les versions de cet article : [English] [Español] [français]

Comme d’habitude à la direction de la presse du quai d’Orsay, le téléphone n’arrête pas de sonner en cette fin de printemps 2013. Adjoint au porte-parole en charge des questions européennes, plongé dans la rédaction d’un texte sur l’envoutant budget des 27 Etats membres, je suis d’abord surpris de recevoir un appel de Washington D.C., oubliant un instant que je pars bientôt pour la capitale américaine pour de nouvelles fonctions. Une voix pleine d’entrain m’annonce alors que je suis retenu comme « Ti-Di-èF », en anglais dans le texte. Je n’ai pas la moindre idée de ce que cela signifie...

Un "Erasmus" pour diplomates

Pourtant, je réalise vite qu’au-delà du jargon, cette communauté diplomatique transatlantique (TDF pour Transatlantic Diplomatic Fellowship dans la langue du Nouveau Monde) est une opportunité en or. Née d’une initiative américaine pour renforcer les liens entre les Etats-Unis et une Europe en pleine recomposition après la guerre froide, la communauté est en fait une sorte d’Erasmus pour les diplomates des deux rives de l’Atlantique. Avant de rejoindre l’ambassade de France aux Etats-Unis à l’été 2014, je vais donc passer une année au sein du célèbre Département d’Etat pour découvrir les mœurs de mes homologues américains.

Et je ne suis pas le seul. Chaque année, une dizaine de jeunes recrues du service extérieur des Etats-Unis traverse la « mare », selon le nom que les Anglo-saxons donnent à l’océan qui les sépare. Pendant qu’ils passent quelques mois au sein des ministères en charge des Affaires étrangères dans les pays de l’alliance atlantique, mes camarades européens et moi-même faisons le chemin inverse jusqu’à Washington D.C. Quelques entretiens téléphoniques plus tard, je suis fixé sur mon futur service d’accueil : je rejoins la direction des affaires publiques du Département d’Etat, quoi de plus excitant pour un jeune diplomate communicant ?

Une rentrée mouvementée

J’atterris à l’aéroport international de Dulles par un jour d’été radieux. Le douanier ne sourcille pas à la vue des visas ouzbek, chinois ou encore égyptien sur mon passeport. Trois visites suffisent pour trouver un appartement accueillant (que je n’ai pas besoin d’aménager car mes cartons n’arriveront par bateau que des mois plus tard !). Côté travail, le courant passe tout de suite avec mes nouveaux collègues, accros comme moi à l’actualité et aux relations internationales. Il faut dire que le timing est idéal : le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, vient de rappeler à tous que la France est le plus vieil allié de son pays. Bref, les choses se présentent bien.

Heureusement, car la rentrée est chargée : les Etats-Unis – avec l’aide de la France – mènent l’effort international pour démanteler les stocks d’armes chimiques du régime syrien puis engagent un dialogue public avec l’Iran lors de l’assemblée générale des Nations unies. A peine arrivé, me voici donc en train de participer à l’organisation d’un débat entre John Kerry et le New York Times sur la Syrie, puis à la communication millimétrée entre la Maison Blanche, le Département d’Etat et le président iranien, Hassan Rohani. Lorsque ce dernier, fin septembre, reprend un tweet que nous venons de publier, nous comprenons que ce geste est un pas supplémentaire vers la relance des négociations sur le programme nucléaire iranien.

Cinq mois plus tard

Cinq mois ont passé et l’actualité a poursuivi sa course folle. Du coup, mon intégration au sein d’une équipe entièrement américaine s’est faite presque sans que je m’en rende compte. Il y a bien sûr eu quelques quiproquos et moments de solitude. Personne ne s’est intéressé à la qualification des Bleus pour la coupe du monde, alors que dix minutes de chaque réunion sont consacrées à parler football… américain ! Un sport qui se joue avec les mains, en casque et maillot à épaulettes n’est pas vraiment du foot selon moi, mais je fais des efforts pour combler mes lacunes. Le dimanche 2 février, j’ai ainsi passé l’après-midi chez un de mes collègues pour regarder le fameux Superbowl, qui marque la fin de la saison et déchaîne toutes les passions.

Vous l’avez deviné, l’expérience est passionnante car elle permet de mieux comprendre le fonctionnement de la gigantesque machine qu’est la politique étrangère des Etats-Unis. Au sein même de mon service d’accueil, je connaissais la qualité du travail de l’équipe de presse du Département d’Etat de par mes anciennes fonctions, mais je ne me rendais pas compte des nombreuses autres activités de la direction des affaires publiques. Parmi celles-ci, je suis ravi de pouvoir contribuer à la stratégie numérique et à la communication sur les réseaux sociaux de l’administration américaine, enjeu d’avenir pour la diplomatie et réel plaisir pour le geek que je suis.

Ce sera pour une autre fois, si j’ai la chance de pouvoir vous en dire plus sur mon activité transatlantique prochainement, car après tout quoi de mieux qu’un blog pour vous parler de diplomatie sur les réseaux sociaux ?

En savoir plus

Partager

Partager

4152 vues


Mots-clés :

Commentaires

  • Comment les choses avancent à Washington ? Toujours aussi intéressante cette immersion dans la machine diplomatique américaine ? On a envie de connaître la suite !

    22 avril 2014, 18:01, par Ronan German

    Répondre à ce message

  • Et quand on a plus l’age d’ être Jeune "Erasmus, et que l’on souhaite tout de même faire , de même,
    Auriez vous une suggestion pour m’informer comment pourrais-je y arriver ?
    Par avance, merci et sans vous déranger, ayez une excellente journée.

    2 mars 2014, 10:29, par AntonioMirallesOrtugno@gmail.com

    Répondre à ce message

Publier un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message


MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2017